Publié le Un commentaire

Vies de Famille – épisode 3.

Holala, tu n’imagines pas à quel point je suis contente de te retrouver ce mois-ci!! Bon, à chaque fois, je suis ravie de partager ce temps de lecture et d’activités avec toi, mais lorsqu’il s’agit des épisodes de LA série à ne pas rater, Vies de Famille, je suis toujours encore plus emballée!!

Cette fois-ci, comme l’actualité ne nous permet toujours pas d’être réellement libre, ou en tous cas comme nous le voudrions et l’étions il y a encore 13 mois, je continue de te faire voyager… Comme ça, je voyage aussi, et ça nous fera sortir de notre quotidien!!

Pour ce mois de mars, c’est Sophie-Charlotte, avec ses enfants et leur papa qui nous raconte leur quotidien… En AFRIQUE!!

Commençons par les présentations!

Sophie a 34 ans et est mariée avec Mathieu depuis 2013. Quelques mois après leur mariage, ils quittent la France! C’est le début de nombreuses aventures dans différents pays, et pour une vie bien différente de la notre. Et comme ce n’est pas moi qui les vit ces aventures, mais Sophie et sa famille, je la laisse te raconter leur histoire!

Sophie-Charlotte, Matthieu, Apolline, Mathurin et Aloïs.

Nous sommes partis vivre au Gabon en juin 2014.

Matthieu avait trouvé un travail dans une entreprise de transport maritime (ce sont les gros bateaux que l’on peut voir dans les ports de commerce, qui transportent des grosses caisses que l’on appelle des containers, ça ressemble à des cubes lego !).

Depuis que nous nous connaissions, nous savions qu’un endroit ailleurs nous appelait, nous avions envie de vivre une expérience à l’étranger, de découvrir un autre pays, une autre culture, n’importe où dans le monde mais ensemble (et loin ! l’Europe n’était pas une option).

Nous avons donc quitté notre vie à Paris, chacun notre travail, nos amis, et nos familles, pour décoller vers l’Afrique. Quelle aventure !

Nous étions partis pour rester deux ans à Libreville, la capitale du Gabon.

La carte de l’Afrique, que tu puisse te rendre compte des différents pays dont Sophie va parler!

Le Gabon se trouve en Afrique centrale, c’est un pays équatorial, c’est-à-dire qu’il se trouve pile sur l’équateur, la ceinture qui fait le tour de la Terre. Il y fait très chaud (environ 30° toute l’année), et très humide. Il n’y a pas de printemps, d’été, d’automne ou d’hiver. En Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest on parle de saison sèche (quand il ne pleut pas du tout et que le soleil brille très fort) et de saison des pluies (à peu près à la même période que l’automne pour toi), où il pleut énormément.

Le vent se lève, le ciel devient alors très gris, le tonnerre peut gronder, et une pluie impressionnante se met à tomber, de très grosses gouttes, qui trempe tout en peu de temps ! C’est très beau à regarder si on est bien abrité ! C’est ce qu’on appelle une pluie tropicale. Cela ne dure jamais très longtemps. Après la pluie, le soleil apparait, et les flaques deviennent comme des miroirs. Souvent les routes sont inondées, les maisons aussi parfois, mais tout le monde est habitué. On éponge, on nettoie, et on attend que ça sèche. L’eau c’est la vie ! donc tout le monde est content quand il pleut, sauf si la pluie a causé vraiment de gros dégâts.

De l’eau et du soleil, tout ce qui faut à la nature pour pousser!

C’est ce qui permet à cette région du monde d’avoir une telle végétation : beaucoup de pluie, et beaucoup de soleil ! tout ce qu’il faut à une plante pour pousser !

Presque tout le territoire est recouvert par une forêt magnifique que l’on appelle la forêt équatoriale, typique car elle est très humide, et composée d’une flore bien spécifique : acacia, fromager, frangipanier, acajou, padouk, okoumé, arbre à parapluie, azobe, badamier, kapokier, karité, papyrus, teck, wengé…, des arbres fruitiers que tu connais peut être : palmier, cocotier, bananier, ananas, papayer, avocatier, manguier… De jolies fleurs aussi comme l’hibiscus ou les orchidées. Une multitude de plantes et d’arbres vivant les uns avec les autres ! Il y a en a des centaines je ne peux pas tous les citer.

La forêt du Gabon est d’ailleurs connue pour l’exploitation du bois. Des personnes que l’on appelle des forestiers cherchent les plus beaux bois pour les couper et les vendre. Ce sont parfois de très belles essences d’arbre qui valent très cher. Ce bois va être exporté (transporté sur les gros bateaux dont je te parlais au début) et utilisé partout dans le monde, notamment chez nous en France, pour faire des meubles, des parquets, des terrasses… lorsque l’exploitation du bois se fait dans les règles et est respectueuse de la forêt, c’est un commerce très utile pour un pays comme le Gabon. Il faut par contre que les forestiers laissent à la nature le temps de repousser et donc se limiter à un certain nombre d’arbres coupés par an.

Le travail des forestiers, au Gabon.

Dans la forêt du Gabon il y a aussi des animaux, qui ne sont pas toujours facile à apercevoir tant la végétation est dense : différentes espèces de singes comme les chimpanzés, les cynocéphales, mais aussi des gorilles qui vivent cachés dans la forêt profonde (nous ne les avons jamais vu malheureusement). Il y a également des panthères (que tu appelles aussi léopard), des éléphants, des zébus, des phacochères, des serpents de plusieurs sortes… un perroquet très connu qui s’appelle « le gris du Gabon », gris avec la queue rouge, c’est le seul perroquet qui puisse vraiment parler ! (tu regarderas dans un album de Tintin, c’est le perroquet du capitaine Hadock !).

Dans les lacs et les fleuves vivent des hippopotames, des crocodiles, des varans.

La Gabon est aussi un pays maritime, qui se trouve au bord de l’Océan Atlantique, dans ce que l’on appelle le Golfe de Guinée. Dans la mer il y a notamment des tortues marines et des baleines que l’on peut apercevoir au mois de septembre, et plein de poissons et crustacés comme la langouste.

Je n’ai encore jamais vu de crabe bleu… Et toi?

Au Gabon les gens parlent français, qui est la langue nationale, et aussi plein d’autres langues africaines, différentes en fonction des régions d’où viennent leur famille. Il arrive qu’une personne ait appris 4 ou 5 langues différentes depuis sa naissance.

Après notre arrivée au Gabon, nous avons très vite attendu notre premier bébé. Apolline est née en Juillet 2015.

En Afrique, les hôpitaux ne sont pas toujours aussi bien équipés qu’en France, où nous avons beaucoup de chance d’avoir tant de médecins, de matériel et de médicaments à disposition pour être bien soignés. Nous avons donc préféré que Apolline naisse en France pour être sûr que tout se passe pour le mieux !

Et cela a également été le cas pour Mathurin qui est né en 2016, Aloïs qui est né en 2019, et notre futur 4eme bébé qui va naitre cette année en 2021, aussi en France !

Comme tu l’as peut-être compris, notre aventure africaine ne s’est pas arrêtée après nos deux ans au Gabon. Nous avons voulu poursuivre notre vie sous le soleil. La vie est douce en Afrique et nous nous sommes pris d’affection pour cette culture différente de la nôtre, mais au milieu de laquelle notre famille se sent bien.

En 2016 nous avons habité en Côte d’Ivoire, dans la capitale économique qui s’appelle Abidjan. Matthieu travaillait pour une entreprise de culture de bananes et d’ananas, que tu peux acheter dans les supermarchés en France. En côte d’Ivoire il n’y a pas la belle forêt du Gabon, mais il y a des cacaoyers et des caféiers qui font la richesse de ce pays (beaucoup du chocolat que tu manges à la maison vient en partie de Côte d’Ivoire surement). C’est également un pays en bord de mer et les plages sont très belles ; nos enfants y passent tous leur week-end en maillot de bain depuis qu’ils sont tout petits, car comme tu l’as compris, ici il fait beau toute l’année !

En 2017 nous sommes partis vivre au Ghana. C’est le pays collé à la Côte d’Ivoire. La capitale s’appelle Accra. C’est une grande ville moderne, très développée avec des buildings comme nous voyons chez nous ; ce n’était pas du tout le cas à Libreville par exemple, qui est une ville beaucoup plus petite et moins moderne. Mais le gros changement a été la langue : c’est un pays anglophone, toute la famille a donc dû se mettre à parler anglais ! C’est une chance de pouvoir pratiquer une nouvelle langue tous les jours. Apolline et Mathurin sont donc allés à la crèche et à l’école maternelle dans une école anglaise, et ils ont très vite appris cette nouvelle manière de communiquer, nous étions impressionnés.  

Le Ghana est un pays avec une culture diversifiée et très riche que nous avons particulièrement aimé. L’artisanat est très beau, il y a des vanniers qui font des paniers de toutes les formes et toutes les couleurs en fibre naturelle, ils sont très doués ! Comme dans d’autre pays, les tisserands tissent le coton pour faire des tissus bariolés superbes, au Ghana on trouve aussi des perles en verre, elles sont faites à partir de bouteilles de verre cassées, broyées, le verre est fondu dans des moules pour faire les perles, puis chaque perle est peinte à la main, c’est un travail minutieux et très beau. Certains bijoux en perle traditionnels ont une signification, et ne sont portés que par les personnes importantes comme par exemple le chef du village.

En effet, en Afrique en général, en dehors des grandes villes, la population vit dans des villages, plus ou moins grands et plus ou moins bien équipés. Beaucoup de villages n’ont pas l’électricité, et encore moins l’eau courante ! Les personnes, souvent les femmes, vont chercher l’eau au puit pour la cuisine, la douche, etc… Et comme c’est la tradition ici, elles portent les bassines sur la tête ! C’est un moyen très courant ici, tout le monde porte sur la tête : le bois pour le feu, la bassine d’eau, le panier de fruits, le linge… et les enfants sont portés dans le dos !

Les tenues traditionnelles africaines sont faites avec différents tissus, le plus connus est le « wax », ici en réalité cela s’appelle du pagne. C’est un tissu de coton sur lequel sont imprimés plein de beaux motifs colorés, c’est très joli de voir toutes les personnes habillées de couleurs différentes dans la rue.

En 2019 nous nous sommes installés au Togo, à Lomé. Toujours pour le travail de Matthieu, mais cette fois il travaille dans une brasserie, une entreprise qui produit de la bière, mais aussi de l’eau, et des boissons sucrés comme le Coca.

Le Togo est un petit pays assez pauvre, ici il y a beaucoup des villages sans eau ni électricité dont je parlais plus haut. Une grande partie de la population vit de l’agriculture et travaille donc au champ, à la main avec des outils basiques, et le dos courbé. Ce n’est pas tous les jours faciles mais chacun arrive à subvenir à ses besoins tant bien que mal, même si pour nous la vie dans le village nous parait précaire.

Les familles vivent dans des cases (nom donné aux petites maisons dans ces pays d’Afrique), les enfants n’ont pas tous leur chambre, tout le monde dort ensemble ! Il n’y a pas de cinéma, de square pour aller jouer… mais souvent une seule télévision au bar du village, où les hommes et les femmes se retrouvent pour écouter une émission et discuter, et on trouve régulièrement un terrain de foot à la sortie du village, parce que comme dans beaucoup de pays, le foot est un sport national que tout le monde affectionne ! Il y a des équipes dans chaque école et des compétitions entre école ou ville le week-end.

Un école dans un petit village.

Au Togo aussi il y a la mer, avec de très grosses vagues qui permettent de faire du surf ou juste de jouer dans l’écume. Et toute l’année nous pouvons manger des fruits exotiques délicieux, qui ont mûris avec beaucoup de soleil donc sont très sucrés : mangue, bananes, ananas, fruits de la passion, pastèques, papayes… et aussi des avocats qui sont excellents.

Un des aliments de base de la nourriture africaine est le manioc, ou l’igname. Ce sont des tubercules, comme la pomme de terre ces légumes poussent dans la terre. Pour manger le manioc il faut le cuire et le cuisiner, soit en pâte un peu collante, au Togo on appelle ça du « foufou », soit en semoule, « l’atieke », soit en frites, du « koliko ». C’est très bon accompagné d’une sauce à la viande ou au poisson, et les africains ajouteront beaucoup de piment ! Nous on évite, nos palais français ne le supportent pas bien !

Nos enfants sont dans une école anglaise avec des enfants de beaucoup de pays différents. Dans leur école il y a plus de 30 nationalités différentes : beaucoup d’africains bien sûr, togolais, ghanéens, sénégalais, ivoiriens, gambiens, sud-africains, béninois… mais aussi américains, anglais, canadiens, coréens, chinois, indiens, libanais… c’est une richesse incroyable d’être amis avec des enfants ayant une culture différente. Chacun parle de ses habitudes à la maison, de ce qu’il mange, de l’endroit où il va passer ses vacances… Il y a une journée spéciale pendant l’année où chaque enfant peut venir habillé en tenue traditionnelle de son pays d’origine, c’est un superbe défilé ! Apolline et Mathurin pour cette journée s’habillent en bleu, blanc, rouge, avec une marinière bretonne parce que c’est la région où nous passons nos vacances quand nous rentrons en France, l’été. Sinon le reste de l’année ils ont un uniforme bleu, comme c’est le cas souvent dans les écoles anglaises.

Nous avons donc habité dans 4 pays différents en presque 7 ans, et on ne veut pas que ça s’arrête ! Nous espérons partir découvrir un autre pays après le Togo. Pour nous les parents, c’est une organisation à mettre en place c’est vrai de déménager, changer de maison, d’écoles pour les enfants, se faire de nouveaux amis, se repérer dans une nouvelle ville avec de nouveaux code, de nouvelles habitudes… mais c’est avant tout un rythme de vie qui nous amuse, nous stimule, et nous sommes persuadés que cela donnera à nos enfants l’envie de partir à l’aventure eux aussi quand ils seront plus grands. Les changements ne les effraient pas, ils arrivent à s’adapter à chaque fois à leur nouveau lieu de vie et leur nouvelle école ; et cela surement aussi parce qu’ils voient leurs parents heureux et motivés à chaque nouveau départ !

Quand j’étais petite, j’ai beaucoup déménagé aussi avec mes parents, et même à l’étranger. J’en garde plein de super souvenirs, c’est peut-être pour ça aussi que je ne m’inquiète pas pour mes enfants, je sais combien le changement n’est pas une source de stress si on décide au contraire que c’est une source de bonheur pour la famille !

Bien sûr parfois c’est difficile d’être loin de nos familles et nos amis qui sont en France, mais heureusement nous pouvons rentrer deux fois par an pour des vacances en France, ainsi les enfants peuvent revoir leurs grands-parents, cousins et cousines. Et les moyens modernes de communication sont quand même super et nous permettent de garder un lien avec tous (on s’appelle, on envoie des photos, on se fait un coucou en visio…).

Depuis le début de la pandémie du Covid, nous avons dû un peu chambouler nos projets de vacances car les déplacements en avion vers la France sont plus compliqués, mais nous avons quand même pu revenir en France pour l’été 2020 et il ne devrait pas y avoir de soucis non plus pour l’été 2021. Au Togo, la pandémie a été bien maitrisé et le pays n’a jamais été confiné, nous devons par contre bien sûr bien porter notre masque en dehors de la maison, à l’école et au travail, et bien se désinfecter les mains chaque fois que nous entrons dans un lieu public (supermarché, boutique, restaurant, chez le médecin…).

L’école termine tous les jours à 15h, donc après l’école les enfants passent beaucoup de temps à jouer dehors dans le jardin ou chez des amis, et leur activité favorite est de se baigner dans la piscine, le mieux quand il fait chaud et que l’on a besoin de se rafraichir !

Je n’ai jamais travaillé depuis que nous vivons en Afrique, mais en revanche je fais du bénévolat dans des associations. En Afrique, la pauvreté est présente partout et donc les moyens d’aider la population ne manquent pas. Soutien scolaire, alphabétisation, soin de santé, nettoyage de l’environnement, aide aux personnes de la rue…. Chacun peut donner un peu de son temps et apporter son aide, c’est toujours précieux.

Un jour bien sur nous rentrerons en France, mais on ne sait pas quand ! c’est ça, l’aventure !

Alors, envie d’aller vivre en Afrique?

Pour le moment, n’ayant pas vraiment le droit de nous déplacer, j’espère que cet épisode t’aura permis d’apprendre et d’éveiller ta curiosité! Tu pourrais par exemple aller chercher une recette à base d’igname (je t’en glisse une ici si tu veux!), te renseigner sur ce qu’est plus en détail l’Equateur et le climat équatorial, ouvrir une BD de Tintin pour inspecter le perroquet du capitaine Haddock…

Bref, je te souhaite de poursuivre tes découvertes, et on se donne rendez-vous le mois prochain!

Une réflexion au sujet de « Vies de Famille – épisode 3. »

  1. Superbe reportage , magnifiques photos ….ça fait rêver .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.